Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Karl Clauss Dietel, le designer de la RDA.

Karl Clauss Dietel est synonyme de design « made in DDR ». Il a dessiné la Wartburg, des motos, des machines à écrire ou des radios. Pourtant de manière générale il réfute la notion de design et designer. Le représentant le plus connu de cette corporation en Allemagne de l’Est préfère le terme de concepteur. Les travaux de Karl Clauss Dietel et de ses associés restent sous-exposés dans l’Allemagne réunifiée. Il vient seulement d’être honoré. Pour son œuvre, l’homme originaire de Chemnitz et âgé aujourd'hui de 80 ans a reçu le Prix du Design de la République fédérale d’Allemagne (Designpreis der Bundesrepublik Deutschland).

Le jury a enfin conclu qu’il avait une grande responsabilité dans le développement du design de la RDA. « Je vois cela comme une reconnaissance pour le travail de nombreux collègues de l’Est » explique Karl Clauss Dietel. Il fait preuve là d’une grande modestie puisqu’il a conçu de nombreux produits que tout le monde connaissait derrière le Rideau de Fer. Il n’a pas seulement travaillé à la conception de la Wartburg 353, mais a également dessiné le cyclomoteur S 50, la machine à écrire Erika ou travaillé à l’aménagement (lumières et peinture) de la salle de l’Hôtel de Ville de Chemnitz. Les grands livres de design international louent le style des radios qui sont signées de sa main.

Karl Clauss Dietel a développé le concept de « patine d’usage » (Gebrauchspatina) c'est-à-dire comment les objets peuvent être conçus de sorte que les traces de leur utilisation au quotidien améliorent encore et encore leur aspect. Pour certains produits, on a vraiment l’impression que la beauté esthétique ne se développe qu’en vieillissant.

Bien sûr, le vieillissement a laissé sa marque sur Karl Clauss Dietel lui-même. La barbe est grise, les mains ne sont pas aussi tranquilles qu’avant. Mais quelques jours avant son 80ème anniversaire il était encore plein de vie. Sa maison située à Chemnitz lui sert aussi d’atelier. Il y a toujours quelque chose en cours sur sa grande planche à dessin. Sur une table il y a de nombreuses pierres au toucher agréable. Karl Clauss Dietel s’est souvent inspiré de la nature. « Les fleurs sont fascinantes » explique le designer.

Karl Clauss Dietel a grandi dans le pays. Son père possédait une entreprise de location de voitures. Cela a eu une forte influence pour sa vie et parce qu’après la Seconde Guerre Mondiale, son père a été classé comme entrepreneur, il n’a pas eu le droit d’entrer à l’université. Il a donc appris le métier de serrurier. « Je n’ai jamais regretté et cela m’a aidé plus tard ». Après son apprentissage, il étudie à l’Ecole d’ingénieur en carrosserie de Zwickau. Puis jusqu’en 1961, il suit l’Ecole des Beaux-Arts de Berlin-Weissensee. Pour sa thèse il conçoit une voiture de taille moyenne.

Au début des années 60, la RDA n’avait pas particulièrement bonne réputation en matière de design. Les enseignants étaient principalement issus de l’école du Bauhaus. La RDA a essayé de garder de nombreux designers dans ses structures mais il partaient rapidement à l’Ouest. Karl Clauss Dietel travaillait en freelance depuis 1963. Lui a préféré rester et écrire l’histoire du design de son pays. C’est surtout après le Printemps de Prague que la situation s’est compliquée pour les gens comme lui. Après 1968, ils ne pouvaient plus acheter aucune revue internationale et la seule vitrine qu’ils avaient pour rayonner aux yeux du monde était la Foire de Leipzig. Karl Clauss Dietel a développé le « Principe Ouvert » (offene Prinzip). Les pièces détachées devaient être facilement démontables et être interchangeables en cas d’usure ou d’évolution technique. Les produits devaient répondre aux principes des « 5 L » (die « großen fünf L »: Langlebig, Leicht, Lütt, Lebensfreundlich und Leise) : longévité, légèreté, petitesse, qualité de vie, tranquillité.

Même en tant que professeur de lycée et fonctionnaire à l’Association des Beaux-Arts, Karl Clauss Dietel s’est fait un nom. De 1988 à 1990 il en était le président. Au cours des dernières années de la RDA il a également été directeur du Collège d’Arts Appliqués de Schneeberg. Depuis, même à la retraite, il s’intéresse au design. Il admire ce qu’a réussi à faire Apple. « Apple à la constance de la forme pure ».

Lu sur : http://www.sz-online.de/nachrichten/kultur/designer-dietel-hat-die-ddr-auf-seine-art-gestaltet-2934728.html
Adaptation VG

Tag(s) : #RDA, #Design, #Personnalités, #Rencontre, #Wartburg