Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Trois vérités sur la Maluch.

La Fiat 126p est toujours une source d'émotions et de souvenirs. Les anciens possesseurs de la petite voiture polonaise pourraient parler pendant des heures en évoquant leurs aventures. Le site polonais Onet.pl a rassemblé quelques anecdotes sur l'incontournable Maluch.

La premières Fiat 126p sont tombées des chaînes de Tychy le 18 septembre 1975. A la fin de la même année, plus de 11,500 exemplaires avaient déjà été fabriqués et la production a augmenté rapidement. Au total, l'usine polonaise de Tychy a produit 2 millions 166 mille Maluch, mais le total s'élève à plus de 3,3 millions si l'on rajoute celles de l'usine de Bielsko-Biala, où le dernier exemplaire de la série spéciale "Happy End" a été fabriqué le 22 septembre 2000. Cette "Happy End" a fini ses jours dans le musée Fiat de Turin.

20 ans après, les Fiat 126p parcourent encore les routes de Pologne. D'hier ou d'aujourd'hui, voici trois vérités sur la Maluch.

1) Sa vitesse maxi :

"Sur la route de Katowice, j'ai roulé à 135km/h et je suis encore vivant. Il s'agit de la vitesse qu'indiquait le compteur, mais je n'ai aucune idée de combien elle était vraiment. C'était une Maluch Bis, bleu foncé, avec un coffre à bagage à l'arrière. C'était une vitesse extrême. Peut-être que le montage sur la plage arrière de haut-parleurs "FIRST" avait eu influence sur la performance ?

Avec une Maluch normale, avec le démarreur et le starter entre les sièges, j'atteignais facilement les 115km/h sur la route de Pulawa. Quand je pense qu'aujourd'hui je roule en BMW 530 et que la nuit je n'ose pas dépasser les 100km/h sur cette même route, je me demande comment j'ai survécu...

Mais je ne me rappelle d'aucune voiture avec autant de chaleur que cette Maluch jaune, même si en hiver il ne faisait pas chaud à l'intérieur parce qu'elle était... "biodégradable".

2) Son coffre :

"Nous sommes revenu de camping en Mazurie à Varsovie en Maluch. 3 garçons et 2 filles. Plus les 3 tentes, les sacs à dos de chacun et tout ce qu'on prend pour faire du camping. C'était il y a 25 ans".

"Il y a 20 ans j'ai acheté une Maluch. Elle m'a servi sur les marchés pendant deux ans. Après avoir démonté les sièges (à l'exception du siège conducteur), je pouvais emmener 10 cartons de bananes (ce sont les cartons de bananes qui sont à l'origine de l'économie de marché en Pologne, mais ça peu de jeunes le savent), ainsi que des tables, des chaises et un auvent. Et j'avais encore de la place pour moi ! Sur la galerie, je pouvais mettre encore 6 cartons de bananes. Je me souviendrai toute ma vie de tous ces chiffres.

J'ai aussi un ami qui pendant l'Etat de Guerre avait transporté dans sa Maluch quatre cochons (bien sûr découpés en morceaux). Il les avait emmenés de Radom à Varsovie. Il avait préparé séparément 10 kilos de porc, 3 paquets (*) de rouleaux de papier toilette et 2 cartons de bière Radomskie pour les contrôles routiers qui ne manqueraient pas".

"J'ai aussi transporté dans une Maluch, un four électrique qui dans n'importe quelle position n'entrait pas dans le coffre d'une Peugeot 406. Dans la Fiat, il suffisait de replier les sièges et d'ouvrir en grand la portière".

3) Le nombre de passagers :

"Je me souviens avoir été en discothèque à environ 15km de chez moi. Nous sommes montés à 4 à l'arrière et à 3 à l'avant. Aucun de nous ne s'est plaint du manque de place. C'était très amusant et sans rapport avec l'alcool ! Malgré les apparences, la Maluch était une voiture vraiment très spacieuse. Et j'ai pu aussi l'apprécier dans d'autres conditions même quand l'hiver il fallait se chauffer les doigts et gratter le pare-brise à l'intérieur pour avoir un peu de visibilité".

"Nous sommes allés à un mariage (6km jusqu'à l'église) à 13 personnes : mon oncle au volant et 12 cousins. Même le chauffeur avait quelqu'un sur les genoux. C'était il y a 18 ou 19 ans. J'avais alors 18 ans et j'étais installée à l'arrière sur les genoux de mon cousin, et sur les miens se tenait ma sœur. Au total à l'arrière il y avait 9 personnes. Je vous avoue qu'en descendant les robes étaient un peu froissées".

"En 1977 nous avons fait deux tours du Rynek de Cracovie. Dans la Maluch, nous étions 14 étudiants. Les portières étaient fermées. La vitre conducteur était ouverte, pour qu'il puisse passer son coude".

"Nous sommes montés à 11 dans la Maluch. Bien sûr la police nous a arrêté, nous a demandé de sortir et nous a compté. Puis ils nous ont dit : "si vous réussissez tous à remonter, nous ne vous ferons rien". Bien entendu nous sommes remontés. C'était juste un peu serré".

Lu sur :
http://moto.onet.pl/1628487,1,trzy-prawdy-o-maluchu,artykul.html?node=13
Adaptation VG

(*) NDT : plutôt que paquet, il faudrait parler de chaîne puisque du temps de la
PRL à l'unité, les rares rouleaux de papiers étaient transportés comme cela.

Tag(s) : #Polski-Fiat, #126p, #Maluch, #Témoignage, #Rigolo, #Histoire, #Pologne