Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il y a 45 ans, le 16 février 1976 à 00h05, le premier camion de la toute nouvelle marque KamAZ quittait la chaîne de montage de l’Usine Automobile de la Kama.

Il n’est un secret pour personne que le camion à cabine avancée KamAZ-5320, le premier modèle lancé par le constructeur de camion, est la version de série du prototype ZiL-170. Les spécialistes de l’Usine Likhatchev de Moscou s’étaient inspirés du tracteur routier International développé pour le marché canadien, et avaient rapidement développé une famille de camions à trois essieux dont le moteur diesel avait été créé par les ingénieurs de l’Usine de Moteurs de Iaroslav. Cependant, compte-tenu de la charge élevée de l’usine de la capitale, il avait été décidé de créer un tout nouveau site de production pour fabriquer cette nouveauté : c’est ainsi qu’était née l’Usine Automobile de la Kama.

Dans l’ensemble, les poids-lourds produits à Naberezhnie Tchelny n’ont pas beaucoup changé… Prenons par exemple la cabine qui était l’étalon de confort pour les chauffeurs soviétiques et qui pour la génération actuelle des camionneurs semble bien étroite et étriquée. Mais dans leur histoire, les camions KamAZ ont eu plusieurs chances de devenir complètement différents ! Auto.mail.ru évoque dans cet article quelques faits peu connus qui auraient pu complètement changer l’histoire de la marque de camions la plus célèbre de l’URSS puis de la Russie.

Fait N°1 : On voulait produire des Mercedes à Naberezhnie Tchelny.
En 1970, alors que le projet KamAZ venait à peine d’être lancé, le gouvernement soviétique envisageait de produire à Naberezhnie Tchelny… des camions Mercedes-Benz. Et ce dans des proportions considérables, puisqu'il était prévu jusqu’à 150,000 exemplaires par an. Les Allemands avaient développé le « camion à trois essieux pour l’URSS » demandé dans le cahier des charges et 8 véhicules avaient même été envoyés en Union Soviétique pour être testés… Mais le projet a été rapidement écourté. Peut-être parce que les négociations n’étaient qu’une couverture, de sorte que les ingénieurs soviétiques puissent de manière astucieuse recevoir de Mercedes des réponses aux questions qu’ils se posaient.

Fait N°2 : Le soviétique KamAZ et le néerlandais DAF auraient pu s’allier.
En 1988, la cabine du vaisseau amiral DAF-95 a été installée sur plusieurs prototypes. Certains de ces centaures ont même conservé l’apparence du DAF d’origine en conservant les lettres et les chiffres du modèle donneur. Cependant, sur le modèle destiné à être vu sur des salons et que l’on peut voir en photo dans cet article, les designers de KamAZ avaient réalisé un masque avant totalement original et il faut avouer qu’il était très impressionnant pour la fin des années 1980 ! Mais, on n’a pas trouvé d’argent pour le développement de ce modèle et l’amitié soviéto-hollandaise s’est éteinte.

Fait N°3 : Des coopérateurs extérieurs espéraient venir en aide à l’usine.
A la fin des années 1980, des coopérateurs extérieurs sont venus aider cette grande et maladroite usine pour mettre en place la production de cabines modernisées : avec une hauteur et une profondeur accrues, ainsi qu'une finition et des carénages aérodynamiques différents. La société RIAT a même proposé d’aménager un immense espace habitacle derrière la cabine standard, à l’instar des « trucks » américains. Mais l’achat d’un vrai camion américain d’occasion s’est avéré pour les transporteurs plus rentable que ce vaisseau peu puissant (et pas des plus fiables) basé sur le châssis KamAZ.

Fait N°4 : En Finlande, une décision avait été prise pour améliorer les KamAZ.
Dans la Finlande voisine, il existe une petite entreprise appelée Sisu. Au début des années 1990, plusieurs camions curieux ont été fabriqués dans les installations de cette entreprise : sur un châssis KamAZ mais avec la cabine originale des camions Sisu et un moteur diesel américain Cummins ! Ces camions produits en petite série ont été considérés comme très réussis… Cependant, là aussi cela n’a pas abouti à la production de masse. Plus tard, on a retrouvé les cabines finlandaises sur les camions produits par Altkam, une filiale de KamAZ aujourd’hui disparue.

Fait N°5 : KamAZ prévoyait de produire le « Hummer russe ».
Avec l’approbation de la direction, un véhicule extrêmement inhabituel a été construit dans l’Usine d’équipement de freinage de la Kama, voisine de KamAZ. En partant d’un camion militaire à deux essieux 43501, les ingénieurs ont construit un véhicule tout-terrain sans compromis baptisé « Barkhan-KamAZ » avec quatre roues motrices, un moteur diesel de 240 chevaux, une boîte de vitesses à 18 rapports et un système embarqué de gonflage des pneus. Mais ce châssis de camion à $105,000 recouvert d’une carrosserie originale (soudée à partir de deux cabines de camions) n’intéressa même pas les militaires et le projet de « Hummer russe » est à jamais tombé dans l’oubli.

Fait N°6 : On voulait installer des cabines MAN sur les KamAZ.
En 2008, KamAZ a commencé à tester un camion… avec une cabine de MAN TG-A. Cependant, l’affaire s’est limitée à la construction d’un seul exemplaire : ce « compartiment conducteur » spacieux et moderne s’est avéré trop cher pour un camion russe. Une option beaucoup plus abordable était une autre cabine MAZ, celle du modèle F2000 (en photo dans l’article). Elle fut proposée par… les Chinois. En effet, la société Shaanxi produits légalement des cabines de ce type. Mais là aussi, cela n’a pas abouti à un modèle de série.

Fait N°7 : KamAZ dispose de sa propre cabine moderne.
Les modèles phares de la marque sont équipés de la cabine étroite du Mercedes-Benz Axor de première génération, vieille de 20 ans. Sa production n’a été mise en place que lorsque KamAZ a vendu une partie de ses actions à Daimler (15% des actions du constructeur russe appartiennent aux Allemands) sachant qu'un peu plus tôt, l’usine avait développé sa propre cabine aidée de la firme d’ingénierie coréenne DMEC ! Mais la direction de l’usine a décidé qu’il serait plus facile et moins coûteux de démarrer la production de l’ancienne cabine Mercedes plutôt que de maîtriser sa propre production.

Lu sur : https://auto.mail.ru/article/80475-7_maloizvestnyh_faktov_o_kamaze_v_den_rozhdeniya_kompanii/
Adaptation VG

Tag(s) : #Histoire, #KamAZ, #Camions, #Anecdote