Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Non-paiement des salaires, licenciements et retard pour honorer les commandes de Lublin. Autosan, le légendaire constructeur polonais d’autobus, est en proie à de graves difficultés. En décembre, 140 personnes perdront leur emploi. Quel avenir pour la production polonaise d’autobus ?

Les employés d’Autosan ne perçoivent plus de salaires depuis septembre et l’agence pour l’emploi de la ville de Sanok dans l’extrême sud-est du pays a reçu en novembre un courrier annonçant des licenciements dans l’entreprise. 101 ouvriers et 39 cadres vont perdre leur emploi entre le 29 novembre et le 28 décembre 2012. Aucune information n’a filtré sur d’éventuelles obligations financière du constructeur envers ses employés. Mais l’annonce en septembre des difficultés rencontrées par l’entreprise a constitué une énorme surprise. En juin, l’entreprise avait signé un contrat conséquent avec la Régie des Transport Publics de Lublin après avoir remporté un appel d’offre pour la construction de 20 autobus. Elle a également réussi à signer un accord avec la ville de Rzeszow. Il semblait donc que Autosan allait sortir du bois. Pourtant celui qui devait connaître une bouffée d’oxygène s’est enfoncé encore plus.

Car Autosan a rencontré de sérieuses difficultés pour la mise en œuvre du contrat de la Régie des Transports Publics de Lublin. Selon cet accord, l’entreprise devait livrer ces autobus avant le 19 septembre. Au 30 novembre, la ville de Lublin n’avait pas encore reçu l’ensemble des autobus commandés et a donc demandé les indemnités de retard inscrites au contrat, soit près d'un million de zlotys. Autosan devait, comme il s’y était engagé, livrer 20 minibus à Lublin : les 10 premiers avant le 10 septembre, et les 10 suivants pour le 19 septembre. Le montant du contrat s’élevait à 13,424,220 zlotys bruts indique-t-on à la Régie des Transports de Lublin : « La société Autosan n’a pas respecté la date de livraison initiale et nous a demandé par écrit de reporter cette livraison. Elle a justifié cette incapacité à respecter les délais en raison de la période de congés d’été de ses principaux fournisseurs. La Régie des Transports de Lublin a accepté de modifier ce délai de livraison au 15 octobre ».

Aucun de ces minibus de 9 mètres n’a été livré à cette nouvelle date. Une autre lettre a été envoyé à Autosan qui a de nouveau justifié son retard pour des problèmes de livraison sur les composants principaux. Le constructeur a assuré qu’il ferait tout son possible pour réduire au maximum ce retard mais sans s’engager sur la date. La Régie des Transports de Lublin a donc décidé de demander les pénalités financières prévues au contrat, soit 0,15% de la valeur du contrat par jour de retard (soit 930 mille zlotys entre le 15 octobre et le 16 novembre). Le 29 novembre, Autosan avait livré 15 autobus et s’engageait à livrer les cinq derniers avant la fin du mois. Et finalement les 2 derniers arriveront dans la semaine du 07 décembre.

Ce n’est pas la première fois que Autosan connait de tels problèmes. Les difficultés durent depuis des années. Depuis début 2009 exactement. Cette année-là, en avril, les salaires du personnel ont été réduits de 10%. En décembre 2009, le conseil de surveillance d’Autosan a révoqué le président et le vice-président de la société. Mais ces deux décisions n’ont pas amélioré la situation. Des licenciements ont été annoncés (62 ouvriers et 30 cadres) avant d'être évités de justesse. En obtenant de nouvelles commandes, Autosan a évité le pire, mais de nombreux départs en retraite n’ont pas été remplacés. L’usine compte aujourd’hui 640 employés (contre 900 en 2009) et avec les licenciements qui s’annoncent, les effectifs vont tomber à 500 personnes.

Depuis septembre, Autosan a un nouveau directeur. Malgré la situation difficile, l’ambiance reste de mise. Autosan a commencé sa profonde restructuration par la rationalisation de l’emploi et la standardisation. La société souhaite élargir ses débouchés en vendant en Pologne et à l’étranger des autobus urbains, interurbains et spéciaux. La liquidation de l’entreprise n'est pas prévue. On essaie également d’être optimistes à Sanok. Le maire de la ville est en contact constant avec Autosan qui est l’un des principaux employeurs depuis des années. Il tente d’aider le constructeur par le biais d’une politique fiscale adéquate, en faisant la promotion de ses autobus et en encourageant les collectivités locales à signer des contrats avec elle. Mais l’humeur est moins à la fête parmi les employés. Ceux qui partent sont confrontés au chômage, très important dans la région.

Autosan est une légende dans la production polonaise d’autobus. Son histoire remonte au XIXème siècle. Si la société ne se remet pas sur pieds, la ville de Sanok perdra non seulement une puissante usine employant des centaines de personnes, mais pourra aussi clore un chapitre importante de son histoire...

Lu sur : http://biznes.onet.pl/praca/koniec-legendarnej-fabryki-autobusow/7rzrkw
Adaptation VG

Tag(s) : #Autosan, #Autobus, #Dernière