Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les gens sont choqués par le nouveau design de Lada.

Les concept-cars Lada Vesta et XRay2 étaient les vedettes du dernier salon de Moscou. Le journal Gazeta.ru a pu rencontrer le responsable du design d’AvtoVAZ, Steve Mattin.

Q : Steve, au Salon de Moscou, vous avez présenté plusieurs nouveautés. Quelle était l’atmosphère sur le stand Lada et était-elle différente de celle de la précédente édition du salon, il y a deux ans ?
R : Je suis de très bonne humeur à cause de cette édition. L’une des principales différences par rapport à 2012 est que nous n’avions alors présenté qu’un seul concept-car. Bien-sûr, pour la marque c’était un grand pas en avant. C’était la première fois que nous présentions le nouveau visage et le nouvel ADN de la marque. Depuis nous sommes allés encore plus loin. Nous avons évolué, nous avons développé de nombreux programmes et nous avons été encore plus loin dans notre design. Les résultats sont présentés sur le salon : Lada Vesta, XRay2 et la Vesta WTCC de course. Elles sont tout simplement spectaculaires. Vous pouvez voir que notre design s’est affiné (...). Nous avons réussi à créer le visage de la Lada de demai
n.

Q : Qu’est-ce qui différenciera les nouvelles Lada des modèles précédents que les Russes connaissent bien ?
R : Notre premier concept-car XRay, présenté il y a deux ans, a eu une forte influence sur tout ce que nous avons fait depuis. Cette forme originale et le X caractéristique se retrouveront sur toutes les voitures. Nous avons porté beaucoup d’attention aux détails, aux proportions. Bien sûr, nous parlons d’image, de changements dans la perception de la marque et de son renforcement. Ce n’est pas seulement changer le visage de nos voitures, mais aussi changer le logo de la société. Nous avons montré cette année pour la première fois notre nouveau logo, celui qui sera présent sur les futurs modèles commercialisés. Il est beaucoup plus grand qu’auparavant. Il se présente dans une ellipse, les dimensions de la barque et de la voile ont augmenté, elles paraît maintenant plus forte, plus visible. En outre, le logo fait désormais partie intégrante de la calandr
e.

Q : C’est ce que nous pouvons voir dans la Lada Vesta ?
R : Si on regarde la voiture, le thème du X est un peu différent de celui du concept-car initial. Nous devions avoir une approche particulière. C’est une berline et elle doit se différencier du crossover. Mais là, comme sur la XRay, le X-Design est clairement présent. Cette berline paraît très dynamique et sa silhouette très moderne. L’aspect extérieur de la voiture est en harmonie avec ce qui se trouve à l’intérieur. Là aussi il y a eu de grands changements : quand on prend place à l’intérieur, on se sent vraiment en sécurité. En outre, nous avons travaillé sur l’ergonomie. La position de l’écran est désormais plus élevée, le tableau de bord est idéalement placé, le volant est très pratique. Les commandes sont très fonctionnelles, tout se trouve à sa place. Nous avons essayé de faire un intérieur vraiment très riche. Le seul problème est que nous vendons des voitures bon marché et que nous ne pouvons pas nous permettre d’utiliser des matériaux exclusif
s.

Q : En quoi la voiture de série sera-t-elle différente du concept-car ?
R : Cette voiture est très proche du modèle définitif. Depuis le départ, nous savons que la Lada Vesta de série ne doit pas être trop différente de son prototype. C’est pourquoi nous en avons souligné les éléments fondamentaux. C’est comme si nous avions amené la voiture dans une salle de sport pour parfaire sa musculature. Et plus nous avons ajouté quelques éléments clés. Malgré tout, les client ne verront pas de grandes différences avec le futur modèle. Même s’il y aura bien des différences. Par exemple, l’habitacle du prototype est tendu de cuir. La version de série n’en aura pas. Mais le dessin général sera conserv
é.

Q : Cela sera pareil avec le crossover XRay de série ?
R : Nous avons montré à quoi ressemblera notre crossover en partant tout d’abord des premières esquisses. Au début ce n’était qu’un simple concept-car, mais la voiture est désormais très proche de celle que vous pourrez bientôt croiser dans les rues. Je ne suis pas sûr que les acheteurs y verront de grandes différence
s.

Q : Vous testez les clients potentiels ?
R : Oui c’est important de les préparer à la sortie des nouvelles voitures. La Vesta apparaîtra en 2015, la XRay en 2016.
Aller chez son concessionnaire et acheter une voiture n’est pas une décision qui se prend en une seconde. Cela n’est possible que quand vous achetez une voiture exclusive et que l’argent n’est pas un problème. Mais dans notre cas cela mérite de la réflexion. Par exemple, si c’est la voiture pour toute la famille, il faut en discuter avec ses proches. C’est pour cela que nous devons donner aux gens l’envie d’attendre. Nous montrons comme notre société évolue, nous montrons que nous pourrons offrir de nouveaux produits dans de nouveaux segments avec un design de niveau mondial et ce dans un avenir proche. On apprécie en premier lieu la marque Lada pour ses qualités pratiques. Souvent, les acheteurs pour qui le design est également important, préfèrent acheter des voitures étrangères de 2 ou 3 ans. Peut-être que les améliorations dans le design des productions d’AvtoVAZ leur feront changer d’avis ? Bien sûr, quand vous travaillez sur le lancement d’un nouveau produit, d’une nouvelle voiture, il faut faire des enquêtes, des tests dits « cliniques ». La réaction face à ces deux voitures a été fantastique. Bien sûr, au début, les gens étaient choquées par le nouveau design Lada, car ils ont vu ce qu’ils ne s’attendaient pas à voir. La même chose se produit quand on les présente aux clients de l’entreprise. Ils ne voient pas une voiture qu’ils connaissent mais voient la Lada du futur.

Q : Comment se déroulent ces tests ?
R : Nous avons un panel de personnes et il y a différentes manières d’interagir avec elles. Par exemple, nous testons avec elles nos concept-cars en leur montrant des images numériques ou des photos. Cela devient de plus en plus important avec l’évolution de la compagnie. Nous devons savoir qui sont nos acheteurs, combien nos productions sont concurrentielles à leurs yeux face à la concurrence, et sur quoi nous devons nous concentrer. Nous avons besoin de communiquer aux gens que nous créons des voitures, que nous développons notre design pour eux et non pas pour nous. C’est ce que nous devons leur vendr
e.

Q : En Russie on aime beaucoup personnaliser les voitures de production nationale. Est-ce que AvtoVAZ a des plans pour créer une sorte d’atelier de tuning ou l’intention de monter au moins quelques éléments de tuning directement à l’usine ?
R : Je ne peux pas parler de tuning en termes de design pur, mais il est possible de voir apparaître une longue liste d’accessoires dans le futur. Par exemple, les jantes. Avant, une ou deux variantes de jantes étaient disponibles. Maintenant il y a en aura plus. C’est précisément grâce aux accessoires que nous aiderons les acheteurs à réaliser leurs envies. Cela va devenir une nouvelle partie de notre stratégie. Mais déjà aujourd’hui, il est possible de commander une Lada en finition Sport
!

Q : Vos amis sont-ils intéressés de la manière dont vous vivez en Russie ? Que leur dites-vous à propos de votre travail ici ?
R : Une des difficultés de la vie en Russie est de les rencontrer. Et à cause du décalage horaire, il n’est pas toujours facile de se parler au téléphone. Mais pour le travail, c’est plus facile. Quand nous avons fait le premier concept XRay, la réaction a été incroyable. Tout le monde y est allé de son commentaire. Bien sûr, cela continue aujourd’hui et je suis impatient de voir la réaction des gens. C’est pourquoi une chose est de montrer le concept-car et l’autre est de dire : « OK, ce n’est pas seulement un concept, mais une stratégie complète, la manière dont nous percevons notre marque et comment les voitures sortiront bientôt en série ». J’attends les commentaires de tout le monde, même si ces concept-cars seront visibles rapidement dans la presse sur interne
t.

Q : Quand vous avez emménagé à Togliatti, on vous avait dit que c’était une ville grise et assez sombre ? Comment vous y sentez-vous ?
R : Bien-sûr le contraste est grand quand vous travaillez quatre jours à Togliatti et une journée à Moscou. Pour moi c’est important d’être à Togliatti pour voir comment vit Lada. La ville et sa culture me plait. Ici vous allez directement là où vous voulez aller. De partout, il est facile d’atteindre le centre-ville à pieds. En passant, je roule en Lada Priora à Togliatti et en Lada Largus à Moscou. Je ne voyage pas beaucoup. Pour notre dernier projet, il a fallu aller en Italie où j’ai passé presque trois semaines. Mais je n’ai pratiquement rien vu à part le studio de design. Bien sûr j’ai la possibilité de voyager, de rencontrer des gens, de chercher de l’inspiration. Mais en Russie ce n’est pas si facile car les distances sont énormes. Si tu veux aller quelque part, il te faut 3 ou 4 jour
s.

Q : Combien de personnes travaillent actuellement au centre de style d’AvtoVAZ à Togliatti et à Moscou ?
R : A Moscou, il y a 11/12 personnes dont le responsable du studio Thomas Bigwood qui va bientôt nous quitter. A Togliatti, on trouve aussi une petite équipe, nous travaillons main dans la main. Nous n’avons pas de systèmes complexes, je partage mon expérience avec mes collaborateurs, je suis en contact avec tout le monde et leur montre ce qu’ils peuvent améliorer. En Russie, il est difficile de trouver des gens avec de l’expérience. Il est très simple de recruter des étudiants mais nous ne pouvons pas nous le permettre parce que nous devons développer la marque. Nous communiquons avec les universités russes et quand j’ai rencontré les étudiants, il était important pour moi de les convaincre que Lada est un excellent endroit pour travailler. Mais beaucoup rêvent de quitter la Russie et travailler pour des constructeurs étrangers. Aujourd’hui Lada a un design fantastique et constitue pour eux une grande opportunit
é.

Q : Il y a des designers qui ont complètement changé la perception de leur marque après y avoir travaillé. Pensez-vous avoir la force de faire la même chose chez Lada ?
R : J’estime que c’est justement ce que j’arrive à faire avec mon équipe. Ils comprennent que les changements sont nécessaires. Nous avons dû changer la perception et le positionnement de la marque. Cela ne se fait pas en un instant, il faut une période de mise en œuvre entre les premières esquisses et la production en série. Il faudra un certain temps. Nous avons les produits, nous avons une stratégie pour le développement du design et nous le mettons en œuvre. Les gens nous reconnaissent déjà dans la rue et quand ils verront la Vesta, il s’écrieront : « C’est la nouvelle Lada !
».

Lu sur : http://www.gazeta.ru/auto/2014/09/02_a_6200897.shtml
Adaptation VG

Tag(s) : #Lada, #Design, #Interview, #MMAS-2014