Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Formule 1 soviétique : la Moskvitch G5.

Tout a commencé pendant le dégel... mais impossible de dire d’où est venue l’idée. Peut-être ce sont des employés passionnés d’AZLK qui l’ont eue, peut-être était-ce un ordre émis en hauts-lieux... Une chose est pourtant sûre, le développement d’une voiture de course soviétique capable de prendre part à la catégorie reine du sport automobile, la Formule 1, a été lancé.

Un projet de ce type n’avait encore jamais été entrepris en Union Soviétique et nécessitait donc une approche prudente dans chacun de ses détails. L'un des premiers défis auquel ont été confrontés les concepteurs de cette voiture de course fut la recherche du moteur approprié. A l’origine on prévoyait d’utiliser le moteur « 412-2V » mais pour diverses raisons il a fallu abandonner cette idée et l’on a commencé à travailler sur un moteur tout nouveau en s’inspirant du moteur de la moto de course « Vostok-S-360 », un bicylindre en V à quatre temps.

Bien sûr, pour une Formule 1, deux cylindres ne suffisaient pas et les concepteurs avaient l’intention de dupliquer ce moteur pour en multiplier le nombre de cylindres. La forme des cylindres et la configuration des chambres de combustion ont été conservées mais le bloc, la culasse, le système de lubrification et l’arbre à cames étaient totalement nouveau. résultat fut un moteur unique et sans équivalent dans toute l’histoire de l’industrie automobile soviétique : un moteur V8 d’un litre et demi à double arbre à came en tête. Pour l'époque, il comptait un certain nombre d'innovations.

Mais ce n’est pas cela qui marquait le plus mais sa puissance de 200 chevaux délivrée à 10,500 tr/min ! Après les premiers tests, par ses caractéristiques, ce V8 dépassait clairement les meilleurs moteurs occidentaux !!! Ce bloc reçut le nom de GD1.

Maintenant qu’ils avaient le moteur, les ingénieurs pouvaient développer la voiture. On pris comme base la Moskvitch G5 qui en fait avait été elle-même conçue pour s’aligner dans diverses catégories de formules. Sur un de ces modèles fut installé le moteur GD1 et on a commencé à tester le prototype ainsi obtenu. En parallèle, une seconde équipe d’ingénieurs travaillait activement sur la carrosserie du futur bolide. Diverses maquettes ont tout d'abord été testées dans une soufflerie. On prévoyait l’utilisation d’ailerons aérodynamiques. Pour la première fois on allait également installer une suspension arrière multi-triangulée. Une boîte de vitesse à 5 rapports, tous synchronisés et dite à « sélection rapide », a été spécialement conçue pour profiter pleinement de la puissance du moteur. Des freins à disques ont été installés aux quatre roues. Par rapport à la G5 de base, la voiture avait considérablement évolué. Plus simple, plus aérodynamique, elle était constituée d’un châssis tubulaire recouvert de panneaux en fibre de verre, ce qui avait permis de réduire le poids jusqu’à 580 kg.

La Formule 1 soviétique était presque prête mais... hélas, le rêve n’a finalement pas pu se réaliser. Les fonds alloués par le ministère étaient loin de suffire pour la structure très complexe d’une équipe de Formule 1 et, contrairement aux écuries occidentales, il n’était pas envisageable de recourir à des sponsors. Qu'en on sait qu'en plus la perspective de la présence d’une équipe soviétique en Formule 1 avait été accueillie avec hostilité à l’Ouest...

Lu sur : http://www.bestavto.info/novinki-avtoproizvoditelejj/3533-sovetskaya_formula_moskvich_g5_foto.html
Adaptation VG

Tag(s) : #Histoire, #Moskvitch, #Sport, #F1