Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Venez chercher votre TagAZ avec une dépanneuse !

Les Izvestia révèlent comment sera vendue la TagAZ Aquila, première voiture de sport produite en grande série de l’histoire de l’industrie automobile russe. Comme l’a expliqué le constructeur, qui est au bord de la faillite, la voiture ne sera vendue qu’en condition ex-works (sortie d’usine). C’est la première fois qu’un constructeur automobile russe ose recourir à cette méthode de vente, qui plaisante en indiquant que le meilleur moyen pour venir chercher sa nouvelle voiture sera le train ou... la dépanneuse !

A son lancement, prévu le 15 mars prochain, la voiture ne sera disponible que dans une seule configuration au prix de 415,000 roubles et il faudra donc venir la chercher à l’usine. Les représentants de la marque ajoutent que le moteur 1,6 litre de 107ch et la transmission ont été développés par la société japonaise Mitsubishi. Dans sa version de base, la voiture sera équipée de la climatisation, de jantes alliage de 18 pouces, de sièges sport en cuir, de la radio, de l’ABS, des airbags et d’un système antivol.

N’importe qui pourra venir à l’usine pour prendre livraison de sa voiture. Le constructeur précise que la livraison reste possible mais elle conseille à ses clients de venir chercher la voiture par leurs propres moyens. « Il s’agit d’un moyen de promouvoir notre marque. Est-ce que cette livraison à l’usine aura du succès ? C’est difficile à dire. Peut-être il faudra envisager commercialiser la voiture à travers un réseau de distribution » déclare le service de presse de
TagAZ.

Selon Avtostat, le constructeur russe qui compte plus de 21 milliards de roubles de dettes, ne pourra pas corriger sa situation par cette méthode de commercialisation. « Il s’agit d’une opération de marketing sans précédent. Il est évident qu’une voiture doit être achetée auprès d’un revendeur. Cela offre des conditions normales d’achat, comme un essai en concession. Ici les conditions de garantie sont incertaines. Si la voiture tombe en panne, faudra-t-il la ramener à l’usine ? Une marque comme Ferrari peut se permettre de n’avoir que deux revendeurs en Russie – dans la capitale et à Saint-Pétersbourg. Pour une voiture de ce luxe, on peut venir de n’importe où. Et les représentants de la marque sont également prêt à aller à la rencontre du propriétaire. Cela n’est possible que pour une voiture de luxe. Une personne ordinaire ne peut pas se permettre de telles conditions de service. Cependant, il est probable que TaGAZ souhaite vendre ici, les seules véhicules qu’il est encore en mesure d'assembler... ».

La TagAZ Aquila n’est pas sans rappeler la Porsche Panamera. Outre la ressemblance et l’appartenance à la catégorie des coupés à quatre portes, c’est le logo « 511 » figurant à l’arrière de la voiture (sur les photos publicitaires) réalisé dans le même type de caractère que celle de la voiture allemande qui étonne. Et ce chiffre de 511 fait apparemment référence à la célèbre lignée du même constructeur.

Chez TagAZ on assure ne s’être inspiré d’aucune voiture existante pour dessiner ce nouveau modèle. « La comparaison avec la Porsche Panamera n’est pas très correcte, car c’est une véritable voiture de sport avec le prix qui va avec, alors que l’Aquila est une voiture de sport à faible coût » explique-t-on.

Les experts estiment que les spécialistes du marketing de TagAZ ont délibérément misé sur la consommation ostentatoire, celle des minorités. La plus forte demande, selon eux, se fera dans les pays du Caucase. Selon Grigori Troussov, le président de la société de consulting « Kontakt-Expert », il ne s’agit pas d’une technique nouvelle : « Elle a été mise en œuvre avec succès dans les années 80 aux Etats-Unis, où plusieurs constructeurs automobiles américains ont produit des voitures de sport à prix intéressant. Le modèle typique est la Pontiac Grand AM. Elle n’avait comme seul défaut que ses qualités dynamiques. Cette voiture à 10 mille dollars avait été conçue principalement pour les noirs aux revenus plus faibles et plus enclins à la consommation ostentatoire. En Russie, ce sont les habitants des régions du sud qui sont visés. Devoir prendre livraison de la voiture à l’usine, sans frais supplémentaire, est un bon choix pour le public visé qui ne veulent payer le juste prix et sont prêts à parcourir des milliers de kilomètres pour faire des économies ».

Selon TagAZ, les pré-réservations dépassent pour le moment les 150 véhicules. « Nous avons eu beaucoup plus de courriers, environ un millier, depuis l’annonce de la commercialisation. Mais nous n’avons tout simplement pas le temps de tout traiter » indique-t-on chez le constructeur.

Ce dernier n’indique pas le nombre de voitures qui devraient être produites. Pour l’instant, seules des modèles de pré-série ont été fabriqués. Les premiers modèles de série sortiront en février. L’an dernier, TagAZ indiquait vouloir fabriquer 1,500 Aquila. Mais, placé sous surveillance l’an dernier, il est intéressant de savoir que le dossier du constructeur sera examiné par le tribunal de Rostov le 13 mars, soit deux jours avant la commercialisation...

Lu sur : http://izvestia.ru/news/543952
Voir aussi :
http://auto.mail.ru/article.html?id=40012
http://www.zr.ru/content/news/510354-tagaz_obavil_start_prodazh_i_cenu_kupe_aquilla/
A noter ce site consacré à la voiture : http://ps511.ru/gallery/ (lien obsolète)
Adaptation VG

Tag(s) : #TagAZ, #Aquila, #Anecdote