Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sobol Business 4x4 : histoire de boue.

Notre Sobol Business est littéralement posé sur ses deux ponts. Les deux ornières sont profondes d'une quarantaine de centimètres... Et dire qu'une minute plus tôt nous nous étions engagés sur un chemin de terre légèrement humide. "Appelez la base. Qu'ils fassent venir un Oural ou un ZiL-131 pour vous sortir de là...". Vous vous demandez peut-être pourquoi nous avons emmené notre Sobol dans la boue ? Et si l'on vous répond qu'il a 4 roues motrices et en plus un moteur diesel ?

Parallèlement à notre test longue durée de la GAZelle Business et du Fiat Ducato, nous avions décidé d'organiser un comparatif entre leurs versions 4x4. Si Sollers n'a pas pu mettre de véhicule à notre disposition alors même que c'était ses représentants qui nous avaient proposer d'en essayer un, GAZ a pu nous en prêter un. Pas une GAZelle, mais un Sobol Business dans sa version la plus récente avec un moteur chinois Cumins 2.8. "La voiture a été réalisée sur commande pour un client précis", nous a-t'on annoncé en nous demandant d'y faire attention. Avec sa peinture vert foncé, ses vitres blanches et une fenêtre coulissante dans la cloison de séparation avec la cabine, on avait l'impression d'avoir dans les mains une ambulance de l'armée. Mais la notice d'utilisation et les autocollants dans la cabine, en anglais, indiquent qu'elle n'est pas pour l'armée russe. Un examen plus approfondi sous le capot nous a permis de trouver un petit autocollant marqué à la main : "Syrie". C'est là-bas qu'ira la voiture : dans le sable du désert !

L'intérieur du Sobol Business 4x4 n'est guère différent de celui des GAZelle Business à l'exception de quelques détails. A côté du levier de vitesse on en trouve deux autres : à gauche le blocage de différentiel central et à droite les vitesses courtes. L'éclairage du tableau de bord est, on ne sait pourquoi, plus fort que dans la GAZelle. De nuit, la zone rouge de la jauge à carburant fait mal aux yeux. On ne vous dit si le témoin de réserve s'allumait en parallèle ! Mais tous les témoins lumineux ont été remplacés par un écran LCD. Une nouveauté qui sera de série sur tous les GAZelle et Sobol nous a t'on assuré.

Les petits défauts de finition sont désagréables : l'habillage de la porte conducteur baille un peu et côté passager c'est le joint qui se fait la malle. Maladie héritée de la GAZelle : pour refermer le capot moteur il faut d'abord remettre la manette d'ouverture dans sa position initiale. Sous le capot, nous avons été victime d'une fuite de liquide de refroidissement : un tuyau était fissuré. Il faudra effectuer des contrôles supplémentaires avant d'envoyer ce Sobol à l'armée syrienne...

En revanche, nous avons aimé le diesel chinois ! Il n'est pas plus bruyant que le ZMZ essence, dispose d'un bon couple à bas régime et n'est pas étouffé par les normes environnementales. Le Sobol 4x4 diesel accélère presque aussi bien qu'un 4x2 essence. En les mettant côte à côte, la GAZelle ne prend l'avantage qu'en quatrième. Et les vitesses maximales ne sont pas très différentes : la GAZelle peut atteindre 130km/h et le Sobol 120km/h.

Mais que la transmission est bruyante ! Lorsque la vitesse augmente on entend le bourdonnement de la boîte de transfert. Elle fait un bruit identique à une locomotive qui accélère ! A vitesse maxi, le bruit atteint une telle intensité et une telle fréquence qu'on ne peut ni parler ni écouter la radio. A l'arrêt, les trois leviers des commandes de transmission vibrent frénétiquement (cela cesse lorsque l'on démarre et qu'on dépasse les 1000 tr/min). Avec la transmission tout n'est pas rose : il n'est pas si facile d'enclencher le levier de la boîte de transfert et il faut parfois ruser. C'est un peu la même chanson pour le blocage du différentiel. On peut enclencher le levier à la volée, en donnant un coup de gaz et en débrayant. Mais pour le débloquer... Après plusieurs tentative nous n'avons pas réussi, même en nous coulant en dessous. Nous pensions même rendre la voiture avec le levier dans cette position... et tout à coup, bizarrement, le levier c'est débloqué. Petite consolation, même en gamme courte, les vitesses s'enclenchent en douceur.

Le Sobol diesel dispose d'une régulateur (toutes les GAZelle et Sobol diesel en disposeront en série). Il remplit sa fonction de manière assez primitive : impossible d'augmenter ou de réduire la vitesse programmée, pas de fonction reset pour retrouver la vitesse initiale après un ralentissement. A moins qu'il ne fonctionne pas ? Dans le manuel d'utilisation en anglais, aucun mot sur le régulateur. Quand vous essayez de monter la vitesse ou de la descendre, il se perd : soit la voiture ralentit, soit la vitesse augmente. Et le simple fait de toucher le bouton ne suffit pas à le déconnecter : il faut soit appuyer longtemps, soit appuyer plusieurs fois, soit embrayer ou freiner. Le problème est-il lié au boitier de gestion électronique ?

La direction est très bonne, mais les freins se sont montrés moins convaincants que sur la GAZelle, avec le blocage intempestif de la roue avant gauche. Sur route, il faudra donc bien doser son freinage.

Tester ses capacités de franchissement a été assez curieux. Avant de vouloir franchir une pente à 60% nous avons jeté un oeil au manuel d'utilisation. Nous avons bien fait : la pente maxi franchissable est de seulement 30% ! Est-on trop prudents chez GAZ ? Cela n'est pas beaucoup pour un tout-terrain et encore moins pour un véhicule militaire ! Par contre, nous avons été impressionnés en mettant le Sobol à cheval sur une rampe en béton : impossible de lui faire lever une roue. Et avant de lui faire toucher le pont, la marche était déjà de 625mm. De manière générale, en tout-terrain, le Sobol se comporte bien et est confortable mais il mériterait peut-être une garde au sol plus élevée et des pneus plus adaptés.

Sa consommation, malgré les roues motrices non déconnectables, reste dans les limites raisonnables : sur route en cycle mixte elle s'établit à 14,5 litres aux 100km. Pour l'instant ce modèle n'est pas en vente libre. Ce Sobol selon l'usine devrait coûter 600,000 roubles soit sensiblement plus cher qu'un fourgon UAZ. Mais malgré ses lacunes, il nous a beaucoup plu : ne reste qu'à corriger cette transmission.

Le chauffeur du ZiL-131 qui est venu nous sortir de l'ornière et que nous avons ensuite suivi s'est étonné : "Franchement, je ne pensais pas que vous arriveriez à me suivre". Et notre essayeur a admis "En tout-terrain je préfère le Sobol au UAZ-3160".

légende des photos :

  • Le tableau de bord est le même que celui de la GAZelle Business, mais contrairement à celle-ci, il ne vibre pas dans les nids de poule.
  • Le levier gauche est le blocage de différentiel central. Celui de droite, le passage à la gamme courte.
  • Au bout du commodo on trouve la commande du régulateur de vitesse.
  • Les réglages de ventilation s'affichent sur un écran LCD et non pas sur un écran noir comme sur la GAZelle.
  • Les commandes de transmission sont rudimentaires et le débattement du levier de blocage est inhabituellement court.
  • Voici un exercice dont le Sobol s'acquitte parfaitement : nous n'avons pas été en mesure de lui faire décoller une roue.
  • La pente maxi autorisée à 30% n'est pas suffisante pour un tout-terrain destiné à l'armée.
  • La charge utile n'est pas élevée : avec trois soldats dans la cabine, elle est de seulement 600kg.
  • La boîte de transfert est située au centre, près du pot d'échappement.
  • Nous avons tenté en vain de débloquer le blocage du différentiel central.
  • Sous le capot, on trouve un turbodiesel chinois Cumins à injection à rampe commune.
  • Comme sur la GAZelle Business, le trou dans la plaque de protection du moteur n'est pas aligné avec le bouchon de vidange.
  • Au dessus de la batterie, le boitier électronique sur lequel est collé une vignette minuscule marquée : "Syrie".
  • La solution était simple : un camion, une corde...
  • En roulant sur un chemin de terre, nous avons rencontré une Bentley. Nous nous sommes croisés à l'anglaise... Il s'agit d'une Bentley Mulsanne, objet d'un prochain essai d'Autoreview.
  • Un tuyau en caoutchouc craquelé, pièce à deux kopecks, de qualité "soviétique".

Lu sur :
http://trucks.autoreview.ru/_archive/section/detail.php?ELEMENT_ID=74263&SECTION\
_ID=2
205
Adaptation VG

Tag(s) : #GAZ, #Sobol, #Utilitaire, #Essai