Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

On peut dire qu’il y a des hommes heureux sur terre. Par exemple, votre serviteur, lorsqu’il reçoit un colis de « Vivre en Russie » contenant un nombre certain de magazines automobile russes. Une occasion rare d’avoir entre ses mains la presse russe et découvrir des choses que l’on ne voit pas forcément passer sur le net (malgré notre vigilance à tous).

Si je n’ai pas eu le temps de feuilleter tous ces magazines, je suis tombé sur un article passionnant sur la fameuse casse de Toula, cette collection insolite de Moskvitch (et autres) exposée à l’air libre et soumise à tous les vents.

L’article nous apprend que cette collection privée située à environ 300km de Moscou, à proximité de la petite ville de Tchern, appartient à un certainMikhail Krasinets. Celui-ci a consacré toute sa vie à l’automobile. Une passion qui l’a pris à 3 ans lorsque son père l’emmena voir une exposition de voiture de course à Moscou. Après des études techniques en mécanique, un service militaire derrière le volant, il devint pilote-essayeur au département compétition d’AZLK.  Outre la préparation des voitures de courses, il participa aux célèbres raids marathon de la marque. C’est alors qu’il eu l’idée de collectionner toutes lesMoskvitch de course, ainsi que les modèles de série d’après guerre. Dans lesannées 80, il fonda le club « Rétro-Moskvich » et commença a s’attirer la foudrede ses voisins car les voitures s’accumulaient au pied de l’immeuble. La pression devenant trop forte, il décida de tout plaquer à Moscou (travail, appartement). Avec l’argent de la vente de cet appartement, il acheta encore quelques voitures et installa sa collection aux fins fonds de la région de Toula, dans le village de Tchernooussovo.

Toutes les voitures ont été achetées par Mikhail Krasinets pour un prix allant de 50 à 100 dollars, mais jamais sur un coup de tête, préférant négocier longuement avec leurs propriétaires pour obtenir le meilleur prix. Elles ont ensuite été ramenées par leurs propres moyens ou en remorque. Vous pouvez être sûrs que tous les policiers de la route Moscou-Simferopol connaissent notre homme. Il faut dire qu’il a du passer souvent devant leur yeux au volant de voitures différentes : ayant commencé avec la trentaine de voitures ramenées de Moscou, sa collection compte désormais 300 pièces !

Il y a quasiment tous les modèles produits par AZLK. Les modèles manquant ont déjà leur place réservée dans les diverses allées de la collection. Et il n’y a pas que des modèles produits par le constructeur moscovite : on trouve des Zaporojets, un emplacement consacrés aux GAZ avec des Volga, Pobeda et Zim et une Tchaïka, la voiture préférée de sa femme Marina. Il y a aussi un coin avec des voitures de police ou des camions.

Outre les voitures de grande série, on peut trouver des raretés, y compris des modèles uniques. Exemple, un prototype  « Moskvitch 3-5-5 » qui devait remplacer la Moskvitch 412. Il l’a acheté au musée de la marque qui bizarrement n’en n’avait pas besoin (est-ce la raison pour laquelle on trouve aussi d’autres prototypes au Musée Auto-Review ?). Il possède aussi une carrosserie en pièces détachées de Moskvitch 415, ce prototype de jeep commandé par l’armée, mais qui n’a jamais atteint le stade de la série. Ayant la mécanique complète, la reconstruction devrait pouvoir être entreprise. La collection compte aussi lesrares modèles 4x4 civils produits en URSS : GAZ Pobeda M72 et break Moskvitch M-411 et berline M-410H.

Alors peut-on parler de musée pour cette collection unique ou sommes-nousseulement en présence d’un casse ?  Il faudrait plutôt pencher pour la première proposition car il n’y en a pas deux comme ça au monde. Mikhail Krasinets considère qu’il en est encore au stade de la collecte et qu’il lui manque encorequelques exemplaires essentiels. Il projette de construite un hangar pour commencer à restaurer les voitures, les repeindre, puis faire une route qui mènera à cette collection. Sa femme le soutient, mais les finances manquent. Même si le musée « Avto-URSS » (puisque c’est le nom officiel de la collection) a désormais le statut de filiale du musée de Tchern, les seules rentrées d’argent sont constitués par les billets des visiteurs. Ces 5000 roubles sont immédiatement réinvestis dans les voitures.

Voilà pour cet article du magazine "4x4 Club" numéro 10/2008. La casse de Toula a été évoqué pour la première fois en mars 2003 sur Sovietauto, puis dans d'autres messages que vous trouverez ci-dessous (attention certains des liens proposés ne fonctionnent plus) :
http://autos.groups.yahoo.com/group/Sovietauto/message/169
http://autos.groups.yahoo.com/group/Sovietauto/message/786
http://autos.groups.yahoo.com/group/Sovietauto/message/1645
http://autos.groups.yahoo.com/group/Sovietauto/message/2919
http://autos.groups.yahoo.com/group/Sovietauto/message/3203

Par ailleurs, vous vous demanderez peut-être pourquoi j'ai intitulé ce message "La casse de Toula vue du ciel !". Tout simplement parce que j'ai une belle surprise pour tous les amateurs de Google Earth. L'article de "4x4 Club"  proposait un plan avec les coordonnées GPS de cette casse. J'ai réussi à mettre le nez dessus et vous propose ci-dessous le fichier .kmz qui permet de la voir vue du ciel dans le célèbre logiciel.

Dans tous les cas, il faut remercier "Vivre en Russie" qui m'aura permis d'en savoir beaucoup plus sur l'une des collections les plus célèbre de Russie !
VG

Trouvez la casse de Toula sur Google Earth !

Tag(s) : #Russie, #Musée, #Tchernooussovo, #Casse, #Toula, #Photos