Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Après la Renaulution présentée le 14 janvier dans laquelle Lada se taillait une place de choix avec la confirmation de l’arrivée d’une toute nouvelle Lada Niva en 2024, la marque russe risque bien de connaître une véritable Ladalution.

Début 2021, lors de la conférence qui annonçait le futur de Renault, la présentation d'un prototype de Renault 5 avait fait l’effet d’une bombe. Et ce d'autant plus que Luca de Meo, le bouillant directeur général de Renault - et de fait des autres marques du Groupe Renault dont Lada fait partie - est reconnu pour son amour de l’automobile et la mise en œuvre réussie de stratégies basées sur la capitalisation de l’histoire des marques qu’il a dirigées ! Pour Renault, la Renault 5 électrique fait partie de cette stratégie et l’on s’en prend à rêver de 4L et d’Estafette pour compléter la gamme… Et dans les plans de développement et de reconquête du groupe, la Russie tient aussi une place particulière.

On sait que l’ensemble des futures Lada partageront leur plateforme avec les Dacia. Ce qui ne signifie pas - loin de là - la mort du constructeur de Togliatti. La Niva 2024 annoncée en janvier a suscité un intérêt profond à la fois en Russie mais aussi sur l’ensemble de la planète ; tous les fans de Niva rêvant de pouvoir prendre le volant du digne successeur du mythique 4x4 russe. Ce que l’on n’imaginait pas est que Luca de Meo se prendrait d’une soudaine passion pour la marque dont le logo représente une barque des pêcheurs de la Volga. Même si en son temps, il avait dû se pencher sur l’histoire de Fiat quand il cherchait un coup marketing pour relancer la fabrique italienne : c’est la 500 qui fut choisie. Il aurait pu aussi prendre la 124….

Il s’est sans doute rappelé de tout cela lors de son voyage à Togliatti fin 2020. Après plusieurs réunions de travail fructueuses pour établir la place de Lada dans la Renaulution, il a demandé sous les yeux médusés des directeurs d’AvtoVAZ de se rendre dans le musée où sont retracées les grandes heures du géant de l’automobile né de l’accord signé avec l’Italie en 1966. Il est resté un long moment devant le prototype 2107M fabriqué en 2002 et dont les premières photos volées avaient fait sensation en août 2006. Si longtemps que les collaborateurs de Luca de Meo et les représentants d’AvtoVAZ ont fini par comprendre ce que cachait ce regard abyssal ! Les jeux étaient faits. Il tenait là l’idée qui allait faire vibrer les inconditionnels de la marque et autres nostalgiques de la Jigouli !

Mais sous quelle forme faire renaître la berline 2107M également surnommée en coulisses « la grande Bleue » ? Luca de Meo est retourné immédiatement en salle accompagné de son directeur de l’ingénierie, Gilles Le Borgne, et de Steve Mattin (qui était alors encore responsable du design de Lada à ce moment-là). Le brainstorming a été bref mais intense...

Il est acquis que dans la future stratégie, le constructeur russe ne pourra pas rester longtemps sans voiture électrique. La Lada Ellada, la Kalina électrique lancée en 2012 a fait un flop et les volumes de production tendus de la Dacia Spring ne permettent pas un rebagdage. L’idée est là. Dans cette petite salle au somment de la tour administrative d’AvtoVAZ, le PDG de Renault s’exclame à travers son masque : « la Lada est de retour. The Lada is back. ZE-Lada ! ».

Après l’Ellada, ZE-Lada. La voiture portera ce nom simplissime et sera une copie conforme et électrisée du prototype 2107M de 2002. Bien entendu, la Jigouli des temps nouveaux va être revue de fond en comble pour proposer les toutes dernières technologies en matière d’aides à la conduite et de confort. La plateforme sera puisée dans le banque d’organe du groupe et il est prévu de monter pour la partie électrique deux batteries de Renault Zoé reconditionnées. Pourquoi deux ? Parce qu’il y aura suffisamment de place pour les loger et ensuite cela permettra d’offrir une seconde vie aux éléments démontés dans la Re-Factory de Flins, le projet initial de les recycler dans le Black Swan, un bateau électrique pour des croisières sur la Seine étant tombé à l’eau. 2 batteries en milieux de vie valant bien 1 batterie toute neuve et permettra de recycler à bon compte et de réduire les coûts.

Si aucun détail de plus n'a filtré jusqu’à aujourd’hui sur le projet, on sait que la Ladalution se mettra en place dès avril 2023 avec la commercialisation de ZE-Lada. Il est prévu de mettre le paquet avec une série limitée super-équipée pour le lancement proposée dans une teinte unique « Golubaya Scumbria » (littéralement maquereau bleu en russe) aux somptueux reflets.

Lu sur : https://auto.mail.ru/article/80938-ladalution_ze_lada/
Adaptation VG

Tag(s) : #Lada, #ZE-Lada, #2107M, #Projet