Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lada Riva 1600 SLX : la bonne affaire ?

Haut de gamme Lada, la Riva 1600 SLX promet de rouler en voiture de luxe pour un budget minimum. Promesse non tenue car cette Fiat laissée pour compte est toujours aussi déplaisante à conduire et coûteuse à l’usage.

Une voiture familiale avec un moteur 1600 cm3, une boîte cinq vitesses et un grand coffre. Le tout pour moins de £5,000 ? Oui, la Lada Riva 1600 SLX ne coûte que £4,725 et vous permet le luxe d’avoir quatre portes et un équipement riche comprenant des rétroviseurs réglables de l’intérieur, des laves-essuies phares et une instrumentation complète. Son moteur 1600 cm3 à arbre à came en tête accepte le super sans plomb et Lada offre une garantie 2 ans / 50,000 km exceptionnellement généreuse. Pour faire court, cette Riva semble bien être l’une des meilleures affaires du moment.

Sa forme est familière. Certains diront qu’elle est totalement démodée. C’est avant tout parce que la Lada est une Fiat 124 à peine déguisée, une voiture produite dans les années 60. Mais elle peut se vanter d’avoir des parties avant et arrière totalement redessinées. Elle fait aussi son âge car elle reste accrochée à la propulsion qui est désormais quasiment passée de mode. En plus elle dispose d’un pont arrière rigide.

Les dimensions extérieures de la Riva sont similaires à celles de la Rover 200. Ses dimensions intérieures aussi sont identiques. Sa hauteur importante offre au conducteur une position de conduite dominante et les passagers arrière disposent d'une garde au toit gigantesque. La Lada marque également des points quand on parle de son coffre. 0,368 mètre cube, cela peut paraitre peu, mais c’est plus que par exemple une Ford Escort.

Au volant, la Lada fait son âge. Les sièges manquent de soutien et rendent la position de conduite inconfortable et que dire du grand volant à fine jante ? La raison de la présence d’un volant de cette dimension devient évidente quand on commence à conduire cette voiture : il n’y a pas de direction assistée et il faut tenir fermement ledit volant en manœuvres. A vitesse élevée, la direction se remarque aussi par son peu de retour d’information.

La tenue de route est sécurisante mais pataude. La Riva a tendance à vouloir tirer tout droit lorsqu’elle est poussée au-delà de ses modestes limites et sur route mouillée, l’arrière peut déraper si le conducteur accélère trop fort en virage serré. Les freins aussi mérite d'être circonspect. La course de la pédale est très longue puis la réponse est trop forte (notre voiture d’essai a même tiré d’un côté durant une manœuvre d’urgence). L’embrayage dur et la levier de vitesse flou ajoutent à cette sensation de lourdeur générale.

Il n’y a pourtant pas que des mauvaises nouvelles. Les performances sont élevées et les 85 chevaux du moteur permettent à la voiture de se maintenir dans le trafic urbain et sur route. Nous avons mesuré la vitesse maxi à 87,5 mph et le 0 à 60 mph sous la barre des 15 secondes.

Le confort de conduite est bon et la suspension absorbe sans chichi la plupart des irrégularités et des nids de poules. Même si on a connu voiture plus silencieuse, la Lada atteint sans effort une vitesse de croisière de 70 mph et les bruits aérodynamiques et de roulement sont bien atténués. Le moteur, par contre, peut se montrer bruyant quand il est poussé dans ses limites.

La plupart des commandes tombent bien sous la main. Les clignotants, les commandes phares/codes et les essuie-glaces (y compris les essuies-phares) se font par les commodos situés au volant et on trouve sur la console centrale trois interrupteurs pour allumer les phares, les feux arrière de brouillard et le dégivrage de lunette arrière. Toute l'instrumentation est regroupée dans le même bloc. Les deux principaux cadrans sont le compte-tour et le tachymètre et ils sont accompagnés d’instruments plus petits indiquant la pression d’huile, la température d’eau, le niveau d’essence et la tension de la batterie. Même une BMW n’a pas autant de cadrans !

Le chauffage n’est pas avare en chaleur mais ses commandes sont difficiles à régler et la ventilation est bruyante. Même si la Riva est bien équipée pour son prix il faut tout de même noter que vous n’aurez ni la radio, ni la banquette arrière rabattable.

La Lada conviendra à ceux qui ont un budget serré mais il faut bien savoir qu’elle n’est pas si économique. La consommation moyenne durant notre essai s’est élevée à 21,9 miles par gallon et même à une vitesse constante de 56 mph elle n’a pas pu descendre à 40 mpg.

En plus, cette Lada coûtera plus cher à assurer que les autres voitures bon marché (elle entre dans la 3ème catégorie) et elle nécessite un entretien rigoureux (4,2 heures de main d’œuvre pour une révision des 12,000 miles). Sa dépréciation en occasion est aussi problématique. Une Riva âgée de trois ans vaudra la moitié de son prix du neuf. Malgré tout, le prix des pièces de rechange est vraiment bas.

Ceux qui apprécient les honnêtes vertus pourront être tentés par la Riva 1600 SLX. Elle conviendra à un conducteur qui roule peu, adepte du « faites le vous-même » et qui a l’intention de garder sa voiture longtemps. La Riva vous offrira beaucoup de métal pour son argent, mais ce n’est pas une voiture que nous recommanderions à des conducteurs peu expérimentés. La plupart des petits-budgets devront lui préférer la nouvelle Lada Samara, une voiture qui prouve que la marque suit la bonne direction.

Issu d’Auto Express n°22/1989 (racheté sur eBay).
Adaptation VG

Tag(s) : #Lada, #2107, #Riva, #SLX, #Sport, #Export, #UK